Kayiti,maisons pour Haiti

Kayiti,maisons pour Haiti

lettre info n° 5 du 30 mai 2011

 Montpellier, le 30 mai 2011

Association Kayiti, chez Régis Couder, 6 rue des Anoubles 34070 MONTPELLIER

Enregistrée le 9 mars 2010, Hérault, n°343010879 Cpte bancaire Crédit Mutuel 115899 08930 00020273201

regiscouder@hotmail.fr drection technique : francois.couder@gmail.com site : www.kayiti.org

 

 

 

Bonjour à tous, amis et adhérents de Kayiti ,

cette lettre fait le point sur les activités de l’association en Haïti, à l’issue d’un voyage de travail de

45 jours entre le 4 avril et le 19 mai 2011. François, Régis et Christian y ont séjourné chacun trois

semaines, avec des recouvrements.

En résumé : Kayiti a construit un modèle de trois unités d’habitation réunies en T (voir photos)

ainsi qu’une halle d’une centaine de m² ; en assurant pendant ces travaux la formation pratique de

sept jeunes gens de Port-au-Prince et deux artisans du Cap Haïtien.

A qui sont destinés ces bâtiments ?

A l’école Auberge de la Fraternité, située à Tabarre, banlieue de la capitale en pleine expansion

dans la plaine de l’aéroport. Cette institution dirigée de main de fer par une Française scolarise

200 enfants du primaire. Elle accueille aussi dix-sept petits orphelins, dont certains seront adoptés

à l’international, et des familles d’employés. Les trois maisons en T serviront à recevoir les parents

(quand ils viennent visiter leurs enfants durant la procédure) et à loger le personnel expatrié. La

halle servira de salle polyvalente : c’est l’unique préau de l’école.

Pourquoi a-t-on choisi ce bénéficiaire ?

Kayiti n’a pas directement choisi : c’est la localisation de la base du programme de Maison

d’enfants de Léogâne prévu avec la Fondation Mérieux. C’est là que le modèle de maisons

groupées est essayé ; le terrain est de deux carreaux (3 ha) enclos de hauts murs ; la halle servira

d’atelier de fabrication pour les premières unités du programme; les bois, l’outillage y sont en

lieu sûr ; et l’ensemble a permis de recevoir (deux repas par jour) et de former dans d’excellentes

conditions les stagiaires charpentiers.

Qui sont les stagiaires ?

Ce sont trois jeunes gens de 18 à 20 ans et un technicien (25 ans) venant de l’internat de Petits

Frères de l’Incarnation à Petite Place Cazeau, l’institution dirigée par Frère Armand à qui sera

dévolue la future Maison d’enfants de Léogâne. La proximité (à un quart d’heure en voiture 4x4, à

45 minutes en tap-tap) du centre a facilité leur ponctualité. Ces jeunes, issus de famille pauvres,

voire de la rue, font preuve d’éducation et de désir d’apprendre. Nous avions aussi trois jeunes

hommes, de familles hébergées à L’Auberge, qui cherchaient un complément de formation et un

petit revenu, ils ont été vaillants aussi. Enfin, il y a eu pendant une petite semaine deux artisans

dépêchés par une école du Cap Haïtien, également soutenue par la fondation Mérieux et qui doit

construire, seule, ses propres unités (Kayiti donnera une ou deux journées de conseils).

En quoi consiste la formation ?

C’est une formation essentiellement pratique. Les jeunes de l’internat avaient une bonne

compréhension des mesures, des forces, l’habitude de l’outillage manuel. Nous leur avons

expliqué les plans : tout se monte à partir de panneaux qu’on préfabrique en atelier. Précision et

régularité sont requises, mais l’ensemble est assez intuitif. On s’appuie sur un grand cahier de

fabrication dessiné et coté par le bureau d’études de Patriarche&Co. Quand, sur les bases en

béton vient le moment des premiers assemblages des panneaux, murs et pignons, tout prend

sens soudain, les jeunes sont vivement intéressés. C’est le moment de montrer les conséquences

des petites erreurs faites en atelier... Les deuxièmes fois qu’on faisait la même opération

(assemblage de murs, de pignons, de cloisons internes, de panneaux de toit...) les stagiaires

devaient se débrouiler seuls. Et ils réussissaient. On n’a pas eu de perte de bois, ni d’accidents.

Déroulement :

François a fait livrer les bois en longueur et les plaques d’OSB, puis lancé les fabrications dans un

atelier provisoire, espace prélevé sur le grand réfectoire de l’école et barré de plaques, où les

petits ne pouvaient accéder. C’est Crose, notre premier partenaire de Jacmel, qui a prêté les outils

électriques en attendant que nous puissions acheter les nouveaux. François et Régis ont aussi aidé

à l’implantation et à la fabrication des bases en béton (maison en T et halle). Régis a continué,

négocié les nouveaux outils et ouvert un compte chez un fournisseur, puis il a passé le relais à

Christian. C’est donc sur Christian qu’est retombée toute la pression de terminer la maison et de

tailler les grandes fermes puis élever la halle. A noter : l’excellente collaboration des militaires

chiliens, souriants, s’amusant avec les petits et les ados, qui se sont chargés de couler la dalle

béton de la halle et qui ont prêté une grue pour la mise en place des fermes et de la toiture.

La maison :

Tous les plans ont été réalisés gratuitement par l’équipe Patriarche&Co de Lyon, en particulier

Henry et Jean-Noël. C’est Michel, cheville ouvrière entre Patriarche et Mérieux qui a porté

l’ensemble du projet. Cette maison Kayiti est devenue Kayiti/Patriarche/Mérieux. Elle est

disponible pour tout organisme à caractère associatif qui poursuit des objectifs similaires et non

lucratifs. Kayiti travaille en permanence à l’adaptation de ses maisons aux besoins des Haïtiens.

Autres activités de Kayiti durant ce séjour

Nous avons fait le 6 avril une visite des maisons de Jacmel déjà construite. Puis le 16, une réunion

de travail avec toute l’équipe de Crose en vue de la relance du projet des 110 maisons, qui avait

été suspendu pour hausse de coût. Le nouveau modèle, avec sa partie basse en maçonnerie de

parpaings, coûte 900USD de moins. Il nous a été présenté. A ce jour, nous attendons la nouvelle

de la relance des financements de la Fondation de France, mais la reprise des activités a déjà eu

lieu dès le 25 avril, avec les restes des matériaux et disponibilités.

Nous avons organisé la collaboration entre nos partenaires français et haïtiens pour que puisse se

construire l’annexe de l’Hôpital St Michel de Jacmel, un dispensaire dans le bas de la ville:

- le projet sera mené par l’association AAIPS (Pompiers solidaires), dirigée par Claude Lett.

- le bâtiment sera le modèle Kayiti/Patriarche/Mérieux des trois modules réunis en T, adapté pour

l’usage et comprenant hall d’attente et bloc sanitaire pour les consultants, salle de repos et

sanitaire - douche pour le personnel, une pharmacie, deux salles de consultations.

- le constructeur sera Crose, qui possède les compétences (dont les artisans formés par nous),

l’atelier et les machines. Une autre ONG s’occupera de l’électrification. Une association de

médecins haïtiens et la mairie de Jacmel participent au projet.

- François et Jean-Noël (qui a adapté les plans) s’envolent fin juin pour aider au démarrage.

Et puis, nous avons repéré deux petites organisations haïtiennes, écoles et accueils d’enfants, qui

mériteraient un coup de pouce... Nous y réfléchissons.

Merci de votre lecture. A bientôt.

Régis Couder, président de Kayiti

 

 Dernière minute : un conteneur de 20 pieds se prépare à partir pour Port-au-Prince en juillet, il emportera

de l’outillage, des matériaux de quincaillerie, des dons divers. C’est l’occasion à saisir pour ceux d’entre

 vous qui ont un projet à qui envoyer des choses. Passer par François 0609702403 ou Régis 0616434196.

 Montpellier, le 30 mai 2011

 

 

Association Kayiti, chez Régis Couder, 6 rue des Anoubles 34070 MONTPELLIER

Enregistrée le 9 mars 2010, Hérault, n°343010879 Cpte bancaire Crédit Mutuel 115899 08930 00020273201

regiscouder@hotmail.fr drection technique : francois.couder@gmail.com site : www.kayiti.org



25/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres